Irène Frachon: «Le Mediator, c’est l’histoire d’un déni sans fin»

Par

Pneumologue au CHU de Brest, Irène Frachon a révélé au grand public la catastrophe du Mediator, que le monde médical s’acharnait à nier depuis plus d’une décennie. Mais son combat est loin d’être terminé, alors qu'un film d'Emmanuelle Bercot, La Fille de Brest, consacré à l'affaire sort le 23 novembre. Six ans après la révélation du scandale, le procès de Servier n'a toujours pas eu lieu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sans Irène Frachon, il n’y aurait pas d’affaire Mediator. Pneumologue au CHU de Brest, elle a révélé au grand public une catastrophe sanitaire que le monde médical s’acharnait à nier depuis plus d’une décennie. Les dangers du médicament-poison commercialisé par le groupe Servier étaient connus bien avant que la lanceuse d’alerte ne les dénonce en 2009. Mais l’inertie générale des autorités sanitaires, leur incroyable propension à ignorer les signaux d’alarme, la corruption des experts achetés par Servier, et la duplicité du labo qui n’ignorait rien des risques de son produit, ont abouti à mettre en place un lourd couvercle de silence sur les morts causées par le Mediator.