A Rouen, «autant de gens, si différents, c’est inédit»

Par

Dans le centre-ville, les infirmières libérales et hospitalières manifestent contre le plan santé. Rive gauche, en périphérie d’agglomération, les gilets jaunes continuent d’occuper des ronds-points, dans la fumée des feux de palettes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rouen (Seine-Maritime), envoyée spéciale.– Depuis samedi dernier, c’est du non-stop, Victor passe son temps à ravitailler en palettes ou bois de chauffe les « gilets jaunes », installés sur différents ronds-points à l’entrée de Rouen. Quand il ne faut pas charger ou décharger l’utilitaire, Victor pianote sur son téléphone, pour gérer le groupe des gilets jaunes de la Seine-Maritime, qui regroupe plus de 7 000 personnes.