Mosquée de Pantin: comment mairie et préfecture ont pris en main les affaires du culte

Par Lou Syrah

Derrière les grandes déclarations d’intention, sur fond de lutte contre le « séparatisme », Mediapart raconte comment les pouvoirs publics ont manœuvré pour obtenir le départ du recteur de la mosquée et organisé sa succession. Très loin de la laïque séparation de l’État et des religions.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Un chantage, ni plus ni moins. » Les proches de M’hammed Henniche voient rouge. Après avoir tenu tête de longues semaines à la préfecture de Seine-Saint-Denis, au ministère de l’intérieur et à la mairie, le recteur de la mosquée de Pantin a préféré jeter l’éponge. Dimanche 14 mars, il a annoncé sa démission de la présidence de la fédération musulmane de Pantin (FMP), gestionnaire du lieu de culte.