Travail du dimanche: le Sénat sommé d'entériner sans mot dire

Par
Les sénateurs ont entamé, mardi 21 juillet, l'examen du texte sur le travail dominical, déjà voté à l'Assemblée nationale. Le gouvernement n'a donné qu'une consigne –de taille–: aucun amendement ne doit être adopté. C'est en effet la condition sine qua non pour que la proposition de loi, si chère à Nicolas Sarkozy, soit entérinée définitivement avant les vacances parlementaires. Du coup, ça gronde dans la majorité, sommée de valider la copie des députés sans y toucher! «L'exécutif ne doit pas s'habituer à ce que le Sénat vote "conforme" tout ce qu'on lui présente!», tonne Jean-Pierre Fourcade (UMP). «C'est méprisant!», avertit Hervé Maurey (Nouveau centre). L'exécutif devrait tout de même obtenir gain de cause, de justesse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mardi 21 juillet, c'était l'ambiance des grands jours au Sénat, qui entamait l'examen de la proposition de loi sur le travail dominical: les bancs semblaient surpeuplés, des huissiers courraient les travées, les célébrités locales (Raffarin, Chevènement, Pasqua, Hue, Longuet, Mauroy, etc.) siégeaient au complet... On y jouait gros, de toute évidence.