PSA-Aulnay, « la bombe à retardement » de la cité des 3000

Dans la cité ouvrière et immigrée des 3 000, la mort programmée du site de production de l'ex-Citroën absorbé par Peugeot est sur toutes les lèvres. Quelque 400 familles, directement concernées par la fermeture de PSA, vivent encore dans ce décor criant de misère ou dans les cités alentours.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Quand elle a appris « à la télévision » la fermeture de l'usine automobile PSA d'Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, Aminata a pris « un coup sur la tête ». Femme de ménage pour pallier le chômage longue durée de son mari, elle nourrissait le rêve de le voir un jour embauché par « la maison Citroën » où il a fini par décrocher une mission d'intérim début juillet. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal