Crise sanitaire : une Assemblée chauffée à blanc fait durer l’examen du projet de loi

Par

Pressés par le gouvernement, au nom de « l’urgence sanitaire », les députés ont livré bataille dans la nuit de mercredi à jeudi et prolongent l’examen du projet de loi qui doit instaurer le passe sanitaire, l’isolement contraint et la vaccination obligatoire des soignants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le virus a encore imposé son rythme à l’Assemblée nationale, mercredi 21 juillet. « L’urgence » devant la progression de l’épidémie devait tout justifier. Une seule petite journée était consacrée à l’examen des 13 articles du projet de loi sur la gestion de la crise sanitaire, dessiné par le président Macron dans son allocution du 12 juillet. Patatras : les députés ont déposé 1 200 amendements. À minuit, ils ne sont même pas venus à bout de l’article premier, qui définit le passe sanitaire. 915 amendements restent à examiner.