En refusant de profiter des taux bas, le gouvernement laisse passer une occasion historique

Par

Malgré la baisse des taux, Gérald Darmanin a annoncé que la France continuerait à réduire son déficit. Le gouvernement renonce ainsi à se donner les moyens de relever les défis écologiques et sociaux. Au profit d’une stratégie douteuse et d’un sérieux de façade.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Deux milliards d’euros. C’est la somme que l’État français va économiser sur le service de la dette grâce à la baisse des taux en 2019. Le ministre de l’action et des comptes publics Gérald Darmanin l’a confirmé mercredi 21 août. En effet, le projet de loi de finances pour cette année prévoyait un taux à 10 ans à 2,15 % en moyenne. Il est actuellement à − 0,4 %. Autrement dit, les investisseurs acceptent aujourd’hui de perdre 40 centimes chaque année lorsqu’ils prêtent 100 euros sur dix ans à la France. Selon l’Agence France Trésor (AFT) qui gère la dette française, le taux d’emprunt moyen est actuellement de 0,24 %, soit moitié moins qu’il y a un an. Et si la France empruntait encore davantage et à long terme, elle verrait ce taux moyen baisser encore.