Thierry Najman pour une psychiatrie ouverte

Psychiatre et chef de pôle à l'hôpital de Moisselles, en banlieue parisienne, Thierry Najman prouve, chiffres et études à l'appui, qu'un service de psychiatrie soigne moins bien quand il ferme ses portes et multiplie les contraintes sur les patients. Le sécuritaire ne garantit pas la sécurité.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

C'est un constat important, puisqu'il émane d'un médecin, chef de pôle de psychiatrie dans un hôpital de la région parisienne. Thierry Najman, auteur de Lieu d'asile, manifeste pour une autre psychiatrie, travaille à Moisselles. Il coordonne une équipe d'environ 80 professionnels et ensemble, ils ont choisi de laisser ouvertes les portes de l'unité accueillant les patients à temps complet. Une décision qui va à contre-courant du mouvement à l'œuvre dans la majorité des hôpitaux publics, où les entraves aux libertés, les carcans, la contention, sont en augmentation constante depuis 30 ans, appuyés par des lois qui élargissent toujours davantage le champ de la contrainte.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

La boîte à idées

À la Une de Mediapart

Politique — Enquête
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Éducation et enseignement supérieur — Parti pris
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Énergies — Enquête
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Écrire l’histoire
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi