Charasse au Conseil constitutionnel: l'homme du contre-emploi

Par
Après Didier Migaud à la Cour des comptes, Michel Charasse au Conseil constitutionnel. Dans la même journée, Nicolas Sarkozy met, à des postes clés, un socialiste et un “ex”. Mais s'agissant du sénateur auvergnat, c'est moins l'ouverture qui a fait la différence que l'entrée de l'homme politique français le moins légitime, parmi ceux de la Haute Assemblée, pour figurer dans la haute juridiction.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Michel Charasse au Conseil constitutionnel par la grâce de Nicolas Sarkozy! Nicolas Flamel se vantait de transformer le plomb en or. Voici qu'un autre Nicolas – Sarkozy – transforme le plus vif détracteur du contrôle juridictionnel sur le monde politique, l'opposant le plus acharné du «gouvernement des juges», le moins sage de tous les sénateurs, en juge de la régularité des élections et en censeur de la conformité des lois et règlements au texte suprême.