Avec relaxes et sursis, la justice solde l’affaire de la BAC Nord

Par Clara Martot (marsactu)

Neuf ans après le début de l’affaire et contre l’avis du parquet, la justice a relaxé sept des dix-huit policiers mis en cause. Selon le tribunal, même si des « dysfonctionnements » ont eu lieu, de nombreux faits reprochés n’étaient pas « suffisamment caractérisés ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marseille (Bouches-du-Rhône).– « Maintenant, vous pouvez écrire qu’on n’est pas des ripoux ? » L’invective vient d’un des cadets du groupe de la BAC Nord au sortir du délibéré, en direction de la presse, ce jeudi 22 avril. Le parquet avait requis 18 mois de sursis à son égard. Le tribunal ne retient finalement que le vol d’une cartouche de cigarettes et condamne Nicolas F. à 3 mois avec sursis. À ses côtés et tout souriant, Mohamed C., ancien chef de groupe qui regrettait son propre « laxisme » à l’époque des faits, a été entièrement relaxé. Tout comme six de ses anciens collègues.