Ex-GM&S: «J’irai voter, c’est le dernier droit qu’il me reste»

Par

À La Souterraine, dans la Creuse, salariés et licenciés du sous-traitant automobile assurent qu’ils se déplaceront le 26 mai, même si la confiance est rompue avec le monde politique, et particulièrement avec le pouvoir. Ils rejettent la confrontation entre deux blocs qui ne laissent aucune place à une Europe sociale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Souterraine (Creuse), envoyé spécial.– C’est un tout petit point perdu dans l’Europe des 28. Ce petit point, La Souterraine, bourg de 5 500 habitants de la Creuse, est le bastion de la lutte des salariés ex-GM&S, sous-traitant de l’industrie automobile, qui se sont battus des mois durant en 2017 pour sauver leur usine. Ils avaient, semaine après semaine, mobilisé leurs forces afin que le nouveau gouvernement presse les deux principaux donneurs d’ordre, PSA et Renault, à s’engager à ne pas laisser mourir l’une des dernières usines de ce coin rural.