Le fleuron des serrures, «cas d'école de licenciements boursiers»

Par

Pour interpeller le ministre Arnaud Montebourg sur leur sort de licenciés boursiers et pour exister aux côtés des gros plans sociaux, les salariés d'une petite usine ont fait passer une petite annonce dans la presse locale le 9 octobre : « Cherche repreneur sérieux. » Cela se passe dans l'usine JPM-Avermes, près de Moulins.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale à Avermes dans l'Allier (03)

« Confronté à une menace de fermeture par décision de son actionnaire et en s’appuyant sur le projet de loi annoncé par le ministre du Redressement productif, comité d'entreprise cherche repreneur sérieux. Site rentable, CA d’environ 35 millions d’euros. 192 salariés. Entreprise profitable, profit brut avoisinant 14 %. Forte notoriété et considérée dans son domaine d’activité de systèmes de fermetures, de contrôle et de gestion des issues de secours, comme “stratégique”. Forte visibilité à 3 ans. Siège social à Avermes, dans l’Allier. »

Cette petite annonce s'est glissée, le 9 octobre – jour de la manifestation pour la défense de l'emploi initiée par la CGT – dans le quotidien auvergnat La Montagne. Mise en ligne la veille sur le site centre-emploi.com, elle a fait sensation. Dans la région, on n'avait encore jamais vu ça : une instance représentative du personnel qui achète un encart publicitaire à 800 euros pour sauver son outil de travail des appétits de la finance et interpeller le ministre du redressement productif.