Logement Enquête

Toulouse patine sur l’hébergement d’urgence

Depuis des mois, le 115 de la Veille sociale toulousaine est sur-saturé. Seul 1 appel sur 20 débouche sur un hébergement qui peut se résumer à une nuit d’hôtel. Tandis que la préfecture attend bien souvent d’être contrainte au rapport de force par les associations, le département vient d’être condamné par la justice. Du côté de la ville, on admet une carence historique.

Emmanuel Riondé

23 octobre 2016 à 10h47

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Toulouse, correspondance.-  Malik, 35 ans, soudanais, est arrivé en France il y a 17 mois, après la trajectoire usuelle, qu'il raconte un triste sourire aux lèvres : Libye, Méditerranée, Italie, Vintimille. Il a ensuite gagné Paris, puis Calais, puis Lens. Sa fille y est née. Mais la cité du nord s'est vite avérée « trop petite et sans travail » pour ce conducteur d'engin, qui a exercé dans l'industrie pétrolière comme l'atteste le CV qu'il a dans la poche. Alors, il y a deux mois, déjà détenteur du statut de réfugié, il a débarqué ici, à Toulouse, chez un cousin qui les a hébergés, lui, sa femme étudiante et leur fille. « Mais il a une petite maison et ne peut pas nous garder longtemps. » À la rue, Malik et sa famille ont rejoint la petite cinquantaine de sans-logis qui, le 26 septembre, ont planté leurs tentes devant la Veille sociale, au cœur de la ville. Trois jours plus tard, lorsque les services de la mairie et du département se sont rendus sur place pour « travailler sur des propositions de prise en charge », ils n'étaient pas loin de 130, dont un bon tiers d'enfants. Le mot était passé et l'effectif avait gonflé. Au total, 103 personnes ont été relogées ou hébergées provisoirement.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — Analyse
par Lénaïg Bredoux
International — Article
par Caroline Coq-Chodorge
International — Article
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
France — Reportage
par Sheerazad Chekaik-Chaila
France — Parti pris
par Carine Fouteau
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias — Enquête
Vincent Bolloré lorgne « Le Figaro »
Après avoir conquis Canal+, CNews, Europe 1, « Paris Match » ou encore « Le Journal du dimanche », Vincent Bolloré a engagé, d’après nos informations, des négociations pour prendre le contrôle du « Figaro ». Au risque de relancer les polémiques sur la concentration des médias au profit des puissances d’argent.
par Laurent Mauduit
Droite — Enquête
Guillaume Peltier met l’argent public au service de sa petite entreprise politique
Le député Guillaume Peltier, figure des Républicains qui flirte avec l’extrême droite, a organisé tout un système pour servir son destin personnel, qu’il imagine présidentiel. Mais d'après notre enquête, son projet se construit avec des moyens publics. Et certains de ses plus grands donateurs obtiennent des avantages douteux.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Dossier. Violences sexuelles : la justice en question — Enquête
Le Conseil d’État secoué par plusieurs affaires de violences sexuelles
L’institution a été confrontée à un magistrat accusé de propos et gestes déplacés. Elle doit se défendre d’avoir manqué à ses obligations d’employeur dans un autre cas, et promet un vaste plan de formation.
par Lénaïg Bredoux
Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français — Entretien
Nouvelle-Calédonie : « Une volonté de l’État de pousser à la violence »
Alors que l’État vient de confirmer la date du 12 décembre pour la tenue du référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, dont les indépendantistes avaient demandé le report en raison de la situation sanitaire, entretien avec Laurie Humuni, membre du bureau politique du FLNKS.
par Joseph Confavreux

Nos émissions