LR: qui a peur de rompre avec Sens commun?

Par

Après les fracassantes déclarations de Christophe Billan faisant de la « chrétienté » la condition de la nationalité française, certains dirigeants de LR demandent son exclusion. Le bureau politique qui se tient ce mardi a mis à l’ordre du jour le sujet, qui embarrasse la plupart des ténors du parti.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour certains, le réveil est difficile. Avec retard et beaucoup d’embarras, Les Républicains commencent enfin à prendre la mesure du risque que fait courir le mouvement Sens commun à leur parti. Dix jours après la publication des propos du président de Sens commun Christophe Billan expliquant, non seulement qu’il souhaitait tendre la main à Marion Maréchal-Le Pen, mais également, dans la version non expurgée de l’entretien à L’Incorrect que nous avions publiée, qu’on ne pouvait pas être français sans être chrétien « culturellement ou spirituellement », le malaise est profond.