France

Pour rénover sa maison, Karine Le Marchand prend un chèque de 117 000 euros de la région PACA

Récemment désignée « ambassadrice » pour l’agriculture et l’éco-responsabilité par Renaud Muselier, l’animatrice star de M6 bénéficie d’un coup de pouce conséquent pour rénover une bâtisse qu’elle vient d’acheter. Un projet à visée pédagogique, assure-t-elle. Une enquête de notre partenaire Marsactu.

Lisa Castelly (Marsactu)

23 octobre 2021 à 12h43

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

«I just haven’t met you yet. » Le générique de L’amour est dans le pré le dit bien : parfois, il suffit de trouver la bonne personne. Pour Karine Le Marchand, la présentatrice de l’émission de rencontres pour agriculteurs et agricultrices aux cœurs esseulés, la bonne personne, c’était peut-être Renaud Muselier.

L’annonce a déjà été faite, le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a fait de l’animatrice star son ambassadrice pour l’agriculture et l’éco-responsabilité début octobre. La rémunération de ce job aux contours encore flous n’a pas filtré mais il s’accompagne déjà d’un joli coup de pouce aux projets immobiliers de l’ambassadrice en Provence.

Selon une enquête de Marsactu, Karine Le Marchand est en effet sur le point d’obtenir une subvention de 117 460 euros dans le cadre de travaux de rénovation de sa nouvelle maison aixoise. La délibération actant ce montant est à l’ordre du jour d’un vote des élus régionaux jeudi 28 octobre.

Le 7 octobre, Renaud Muselier célèbre sur son compte Twitter la nouvelle ambassadrice régionale, Karine Le Marchand. © Compte Twitter de Renaud Muselier

Depuis quelques semaines, Karine Le Marchand investit une vaste bastide aixoise mal en point qu’elle entend rénover entièrement en appliquant de rigoureux principes écologiques. Une démarche qu’elle a déjà commencé à présenter sur ses réseaux sociaux.

L’intention verte est louable, mais à quel moment l’argent du contribuable est-il concerné ? C’est qu’il s’agit de faire suivre au public cette rénovation via Instagram et Facebook et peut-être même, avance-t-elle, à travers une émission sur M6. Tout cela dans le but que la maison devienne un « démonstrateur pédagogique de rénovation énergétique » comme le détaille le texte de la convention en passe d’être signée

En bref, la rénovation de la maison de Karine Le Marchand est d’intérêt public aux yeux de la région. Sollicitée, la collectivité n’a pas répondu aux questions de Marsactu.

L’animatrice, en revanche, assume ce qu’elle décrit comme un travail en partenariat avec l’institution : « C’est parce que j’achète dans la région, que j’ai pris contact avec leurs services, on a beaucoup parlé et j’ai proposé mon projet. Ça a mené à l’idée que je devienne ambassadrice. Nous avons des actions très concrètes en préparation. » Pour cette fonction de représentation, elle est déjà rémunérée par la collectivité. « Comme tout ce que je fais en échange de mon image », précise-t-elle encore.

Je ne fais pas payer ma maison par la région, ni mon parquet, ni les travaux, ni l’électricité, rassurez-vous.

Karine Le Marchand

Concernant la subvention qui doit être votée dans quelques jours, on comprend qu’il s’agit à ses yeux de la mise en action d’une de ses premières « actions concrètes ». L’aide de la région n’ira, selon ses explications, qu’à la partie « éco-responsable » de son projet, dans la mesure où la maison représentera un « bêta test de rénovation » exemplaire. Elle évoque la création en cours d’un site web et son souhait « d’apprendre aux gens » diverses techniques de travaux respectueuses de l’environnement.

Interrogé par Marsactuun connaisseur de ces dossiers partage son exaspération : « Plein d’associations seraient certainement plus efficaces pour ce genre de projets. Si elle veut parler éco-responsabilité à la télé, est-ce qu’elle a vraiment besoin de la région ? »

« Je ne fais pas payer ma maison par la région, ni mon parquet, ni les travaux, ni l’électricité, rassurez-vous », martèle pour sa part Karine Le Marchand avant d’ajouter sur un ton de malice bien connu des téléspectateurs de M6 : « Je suis désolée, il n’y a pas de loup. » Et pourtant, selon nos informations, c’est bien un ensemble d’études préalables à la rénovation, et notamment le concours d’un architecte, qui seront financés grâce à la région.

Capture d’écran tirée du compte Instagram de Karine Le Marchand. © Karine Le Marchand

Les membres de la commission permanente – cette assemblée réduite où sont votés à la chaîne et dans une certaine opacité des centaines de dossiers – auront donc à valider la subvention ce jeudi 28 octobre, sans le détail de ces informations. À peine sauront-ils qu’il s’agit de financer la « réalisation d’une étude préalable à des travaux ».

L’élu curieux devra pour comprendre se pencher sur la convention qui acte le chèque et que Marsactu s’est procurée. Son contenu s’éloigne du beau discours tenu par Karine Le Marchand (consulter ici la convention en PDF). Rien d’ailleurs ne permettra au lecteur non averti de l’identifier. Jamais il n’est fait mention du statut d’ambassadrice de la demandeuse. Elle n’est identifiée que par son nom de naissance, Karine Mfayokurera. Le document est signé entre la société de production de l’animatrice, baptisée Potiche prod et la région.

Seuls trois critères sont listés pour encadrer le versement. Le premier vise le cadre de la démarche : « Faire suivre son projet par un assistant à maîtrise d’ouvrage qualité environnementale » et faire réaliser des études selon ces mêmes critères. Les autres engagements portent sur des questions de communication, via les réseaux sociaux très suivis de l’animatrice (605 000 abonnés sur Instagram). Potiche prod, l’entreprise de Karine Le Marchand, s’engage en retour à communiquer autour de l’évolution du projet et à prévenir de l’organisation d’événements, comme la pose de la première pierre par exemple. Le tout, en apposant le logo de la région sur tous les supports de diffusion.

Capture d’écran tirée du compte Instagram de Karine Le Marchand. © Karine Le Marchand

La demande de subvention, que Marsactu s’est procurée, a été déposée en juillet et elle est assez explicite sur ce point. Elle indique que le « cœur du projet » consiste en des « captations vidéos diffusées au grand public avec une vocation pédagogique [pour] apporter une vulgarisation du sujet de la rénovation écologique afin de contribuer à sa massification ». Elle ajoute : « Le projet vise le grand public via une diffusion sur les réseaux sociaux Instagram et Facebook avec une cible de vues à 300 000 personnes par vidéo. »

L’analyse de la convention renforce l’impression de mélange des genres. Au vu du récit de sa rencontre avec les services de la région, la vedette n’a pas répondu à un appel à manifestation d’intérêt. Malgré d’importantes recherches, Marsactu n’a pas été en mesure d’identifier le dispositif régional dans lequel s’inscrit exactement cette aide de 117 460 euros et la collectivité n’a pas apporté de réponse à nos questions.

Par ailleurs, la délibération entre dans le cadre des dossiers liés à la « croissance verte » et à « l’énergie ». Or le but du coup de pouce régional relève clairement d’une opération de communication pour laquelle aucune mise en concurrence n’a eu lieu. Les explications de Karine Le Marchand vont dans ce sens : « Cela entre dans le plan climat de la région, avec notamment l’idée d’ouvrir aux particuliers les dispositifs pour la rénovation avec des chèques énergies. Il y a un besoin de le faire savoir. »

La maison n’est pas à moi. Je payerai un loyer quand j’irai.

Karine Le Marchand

Un flou entoure le bénéficiaire réel de la subvention. Si la convention est passée entre la collectivité et l’entreprise de Karine Le Marchand, Potiche Prod, c’est bien l’animatrice qui vient d’acheter la bâtisse en son nom, d’après l’acte de vente consulté par Marsactu. Sur les réseaux sociaux, elle la présente d’ailleurs comme « [sa] maison », et blague sur la chambre, aujourd’hui en ruines, qui accueillera « dans deux ans » son ami, l’agent immobilier star Stéphane Plaza.

À ce sujet aussi, l’animatrice assure avoir fait les choses dans les règles. « Ma maison de production aura l’usufruit de la maison pendant 15 ans. D’ici là, elle ne sera pas à moi. Je payerai un loyer quand j’irai », affirme-t-elle. La délibération soumise au vote est imprécise à ce sujet, elle évoque à tort un acte de vente « au nom de Potiche prod ». La région n’a pas non plus répondu à nos questions sur ce point.

Karine Le Marchand a dépensé 1,29 million d’euros rien que pour l’acquisition de son mas. Mais l’aide promise reste d’ampleur pour un tel dossier traité par la région, avec des contreparties aussi légères. De l’avis d’un connaisseur, les montants attribués par la région pour des études dans ce domaine n’atteignent jamais ce seuil. Sans parler du timing express : achat de la maison en juillet, annonce du rôle d’ambassadrice début octobre, subvention fin octobre. Comme dans son émission phare, du speed dating à la concrétisation de grands projets, Karine Le Marchand n’a pas perdu de temps.

Lisa Castelly (Marsactu)


143 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne