Un pacte de corruption se dessine derrière les valises de Takieddine

Par et

Mediapart publie quatre documents qui prouvent que Nicolas Sarkozy et ses proches se sont employés, entre 2005 et 2009, à sauver la mise judiciaire au dignitaire libyen Abdallah Senoussi dans l’affaire de l’attentat du DC10 d’UTA. Senoussi est aujourd’hui soupçonné d’avoir fait remettre 5 millions d’euros en cash à Sarkozy et Guéant, par l’intermédiaire de Ziad Takieddine, avant la présidentielle de 2007.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un pacte de corruption, il y a toujours deux bouts. Deux intérêts, deux attentes. Dans l'affaire libyenne, Mouammar Kadhafi a soutenu que Nicolas Sarkozy était venu lui « demander » une « aide » pour sa campagne présidentielle de 2007. Mais accéder à cette demande, qui est désormais au cœur de l'enquête judiciaire, supposait pour Kadhafi d'avoir l'assurance de certaines contreparties, une fois passée l'élection.