Les résultats du premier tour des élections départementales de ce 22 mars ont parfois donné lieu à des interprétations étonnantes. Le nuancier pour le moins douteux du ministère de l’intérieur pour étiqueter les binômes en compétition n’est pas pour rien dans la confusion qui régnait dimanche soir à 20 heures. À cela, se sont ajoutés non seulement le storytelling des partis eux-mêmes, mais surtout la tendance des commentateurs à rapporter les résultats aux sondages pré-électoraux publiés en amont du scrutin.