Violences sexuelles à l’ENS de Lyon: une si laborieuse et tardive prise de conscience

Par Jennifer Simoes (Mediacités Lyon)

Depuis le début de l’année, les témoignages de victimes de harcèlement ou de viol se multiplient parmi les étudiantes de la prestigieuse école. Une libération de la parole qui intervient alors que l’établissement ne s’est toujours pas doté d’un dispositif d’écoute et d’accompagnement pérenne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des étudiants qui manifestent dans les couloirs en scandant « Violences sexistes, école complice ! » ; une réunion qui vire au pugilat entre des représentantes du personnel et une direction accusée de rester sourde au problème du harcèlement ; des dizaines de témoignages de persécutions, d’agressions ou de viols qui affluent en quelques semaines : depuis le début de l’année, la prestigieuse École normale supérieure de Lyon (ENS), qui forme des enseignants-chercheurs et prépare aux carrières dans la haute fonction publique, est secouée en interne par le sujet des violences sexistes et sexuelles.