Le supplice et les conditions de la résurrection

Cette campagne électorale a été un chemin de croix et il est donc logique qu’elle se termine en supplice. Si celui-ci demeure préférable à la catastrophe, c’est parce qu’il laisse entrevoir l’espoir, difficile, d’une résurrection.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Autant le premier tour laissait, à celles et ceux qui se reconnaissent toujours dans ce qu’on peut encore appeler la gauche, un sentiment de rage, autant ce second tour ressemble davantage à ce qu’on sait du supplice : durée, douleur et asphyxie.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal