ENA: la mission de Frédéric Thiriez sème le doute sur la sincérité du projet présidentiel

Par

Le travail confié par Emmanuel Macron à Frédéric Thiriez pour étudier les modalités d’une suppression de l’ENA et des grands corps de l’État tourne à la pantalonnade. La lettre de mission adressée par Édouard Philippe à l’avocat n’évoque explicitement… aucun des deux projets.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dès le début, quand Emmanuel Macron a annoncé lors de sa dernière conférence de presse son intention de supprimer l’École nationale d’administration (ENA) et les grands corps de l’État, on a eu de bonnes raisons de penser qu’il s’agissait d’une entourloupe (lire ici). En aurait-on douté, ce mauvais pressentiment a trouvé très vite sa confirmation : chargé par le chef de l’État de conduire une mission de réflexion pour préparer cette réforme de la haute fonction publique, Frédéric Thiriez, qui est avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation, ancien énarque lui-même, s’y est pris d’emblée d’une si drôle de manière qu’il a aussitôt semé le doute sur la sincérité du projet présidentiel.