Le Sénat s'attaque au dopage mais le mouvement sportif compte bien résister

Par

La commission d’enquête du Sénat sur l’efficacité de la lutte contre le dopage a présenté son rapport mercredi 24 juillet. Les sénateurs ont établi des propositions courageuses dans l’attente d’une loi-cadre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un dopage commun, « présent dans tous les sports et à tous les niveaux de performance », qu’a décrit Jean-Jacques Lozach (PS), mercredi 24 juillet, lors de sa présentation du rapport de la commission d’enquête. Et d’après le directeur de l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), auditionné par la commission, les plus exposés ne sont pas nécessairement les professionnels : « Ce qui se passe chez les amateurs est très grave. Les produits utilisés sont les mêmes que chez les professionnels, mais ils le sont de manière anarchique et en quantité impressionnante : on a vu un père injecter à son fils deux à trois fois la dose d’EPO que reçoivent les professionnels. Lorsqu’on se déplace sur le terrain, lors de compétitions, on voit les parents remplir les bidons, casser des ampoules et utiliser de la poudre… »