Affaire du port de Golfe-Juan : le faux pas d’un avocat d’Anticor

Par

L’association Anticor, partie civile dans une instruction judiciaire en cours au Parquet national financier concernant le port de Vallauris-Golfe-Juan, sur la Côte d’Azur, a dessaisi son avocat niçois chargé du dossier, afin d’éviter un conflit d’intérêts.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 30 juin 2020, le vice-procureur du Parquet national financier Éric Russo* a reçu la visite de l’avocat niçois Patrick Rizzo, venu prendre des nouvelles de l’avancement d’une information judiciaire ouverte quelques jours plus tôt à propos des malversations présumées commises dans le port Camille-Rayon de Vallauris-Golfe-Juan, dans les Alpes-Maritimes. Ce port de plaisance, l’un des plus grands de la Méditerranée, doté de 838 anneaux et d’un quai d’honneur pour les grands yachts de milliardaires, a été privatisé par deux familles, les Rayon et les Rodriguez, comme l’a dénoncé la chambre régionale des comptes dans un rapport rendu public en décembre 2020, dont Mediapart s’est fait l’écho.