Doutes sur les raisons du décès d'un Algérien à Roissy

Par

Des hématomes sont visibles sur le visage de l'Algérien décédé jeudi lors de son expulsion de France, selon deux de ses proches.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des hématomes sont visibles sur le visage de l'Algérien décédé jeudi au cours de son expulsion de France, ont déclaré dimanche à l'AFP deux de ses proches qui ont pu voir son corps. « On a constaté comme des blessures au visage, mais on ne pouvait pas voir le reste du corps qui était caché », a dit un de ses cousins, Mahieddine, qui n'a pas souhaité donner son nom de famille. « Il avait comme un hématome sur le nez, sur le visage », a ajouté son neveu Hocine. « Il avait une ou deux traces sur le visage, on ne sait pas à quoi elles sont dues », s'est bornée à dire une source proche du dossier.

Abdelhak Goradia, 51 ans, devait être mis dans un avion jeudi soir à Roissy pour être expulsé de France. Il est mort dans des circonstances encore non élucidées à son arrivée à l'aéroport parisien. Une source policière a d'abord dit vendredi qu'il avait « fait un malaise dans le fourgon » qui le transportait à Roissy et était « décédé d'une crise cardiaque, malgré les secours prodigués ». Mais selon les premiers résultats de l'autopsie révélés samedi par le parquet de Bobigny, qui a ouvert une information judiciaire sur les causes précises du décès, « la mort a été provoquée par une asphyxie due à une régurgitation gastrique ». Un juge d'instruction sera donc chargé du dossier.