A La Réunion, de lourds soupçons pèsent sur la route à 1,6 milliard

Par

Soupçons de corruption, atteintes à l'environnement, risque de dérive financière: la nouvelle route du littoral (NRL), méga-chantier confié aux géants Vinci et Bouygues et qui revient à 130 millions du kilomètre, est au cœur d’une enquête préliminaire pour « corruption » et « favoritisme ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un chantier trop gros pour être honnête ? L’attribution il y a deux ans aux géants du BTP Bouygues et Vinci du gigantesque marché de construction de la nouvelle route du littoral (NRL), à La Réunion, fait l’objet d’une enquête préliminaire pour « favoritisme » et « corruption ». Signe que l’affaire est sérieuse, le dossier, ouvert en 2014 par le parquet de Saint-Denis de La Réunion, a été transféré en avril dernier au parquet national financier, en charge des affaires politico-financières les plus sensibles.