Balkany: «Il a pas tué, il a pas volé»

Par

Pour le premier conseil municipal depuis la condamnation pour fraude fiscale des époux Balkany, de nombreux habitants sont venus témoigner leur soutien au maire. Reportage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À 19 heures, la salle est comble et Isabelle Balkany entre sous les applaudissements. Près de 300 personnes ont assisté ce lundi 23 septembre au premier conseil municipal en l’absence du maire, Patrick Balkany, « empêché » pour cause d’incarcération après sa condamnation à quatre ans de prison pour fraude fiscale. Comme le prévoit la loi, c’est la première adjointe qui le remplace, en l’occurrence son épouse, également condamnée à de la prison ferme mais laissée libre pour raisons de santé. « Le maire m’a chargée de vous transmettre son amitié et son affection à toutes et tous », déclare-t-elle d’entrée de jeu.