L'ombre de la DCRI sur l'affaire du Carlton

Par
Dans le répertoire téléphonique de René Kojfer, l'homme qui s'occupait des relations publiques du Carlton de Lille, mis en examen pour «proxénétisme aggravé en bande organisée», figurerait le numéro de portable de Frédéric Veaux, numéro deux de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le répertoire téléphonique de René Kojfer, l'homme qui s'occupait des relations publiques du Carlton de Lille, mis en examen pour «proxénétisme aggravé en bande organisée», figurerait le numéro de portable de Frédéric Veaux, numéro deux de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). «Frédéric Veaux pouvait-il ignorer les rendez-vous coquins tarifés organisés à Paris et à Washington avec Dominique Strauss-Kahn?», se demande Le Point.