«Le RSA, une bulle d’air»: récits d’auto-entrepreneurs plombés par le Covid

Par

La crise liée au Covid-19 a provoqué un bond de 15 % des bénéficiaires du RSA dans le Loir-et-Cher. Parmi eux : des auto-entrepreneurs surpris d’avoir glissé si vite et de devoir approcher des structures d’insertion.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Loir-et-Cher.– Claire Brisson, architecte d’intérieur de 58 ans, a quitté sa vie parisienne, « le stress, la folie, la pollution », dit-elle, pour se lancer dans l’organisation de mariages, cérémonies laïques et séminaires. En revendant son bien, elle a réalisé une forte plus-value qui lui a permis, en 2017, de s’emparer d’une ferme décatie du Loir-et-Cher, à Roches, pour la faire rénover de fond en comble, avec des artisans locaux. La voici à présent entourée de champs doucement vallonnés. Son voisin le plus proche, à deux kilomètres, est une casse de machines agricoles.