En Moselle, Arry découvre des réfugiés soudanais

Par Les Pieds Sur Terre

Notre partenariat avec l'émission Les Pieds sur Terre, de France Culture, s'adapte à la campagne régionale. Plongée dans la commune d'Arry, en Moselle, divisée après l'annonce de l'arrivée de 51 Soudanais accueillis pour l'hiver. Une situation que cherche à exploiter électoralement le FN.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Tout est allé très vite. Le 23 octobre, Arthur Minello, le maire de la commune, apprend que 51 Soudanais de Calais vont bientôt arriver dans le village. Le gouvernement a lancé une action de désengorgement de la jungle de Calais, où survivent 4 500 migrants et réfugiés. 300 d’entre eux, tous volontaires, ont été répartis dans toute la France, pour passer un hiver au chaud.

À Arry, c’est un centre aéré privé et vide jusqu’au printemps qui a été choisi pour devenir, selon la jolie formule utilisée par la préfecture, « un centre de répit ». Dans le village, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre. Trois jours plus tard, le maire organise une réunion publique pour désamorcer les inquiétudes des villageois. Et le 27 octobre, vers 17 heures, un bus en provenance de Calais dépose ses 51 passagers devant le centre aéré, sous les yeux de la presque totalité du village réunie pour l’occasion.

En pleine campagne électorale pour les élections régionales, Florian Philippot, candidat FN au coude-à-coude avec la droite, a su exploiter l'événement. Trois jours après l’arrivée des migrants, le candidat frontiste s’est invité à Arry pour dénoncer « la folie de l’accueil des migrants » et exiger la tenue d’un référendum auprès des habitants. Et d'annoncer que, quand il serait élu à la Région, il supprimerait toute subvention aux migrants.

 

Reportage : Rémi Douat – Réalisation : Marie-Laure Ciboulet

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Ce reportage a été réalisé avant les attentats de Paris et Saint-Denis.