Après 20 ans d’absence, les «cocos» sétois se réinventent pour reconquérir la mairie

Par François De Monès Et Annabelle Perrin (Le D'Oc)

Malgré plusieurs infidélités, l’histoire d’amour entre Sète et le PCF dure depuis 1959. Pourtant à l’origine de nombreuses avancées sociales et culturelles, les communistes ne parviennent plus à reconquérir Sète depuis 2001. Pour les prochaines municipales, ils misent tout sur une liste citoyenne regroupant plusieurs forces de gauche. Mais pas le PS.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un vendredi au marché de l’avenue Victor-Hugo, à Sète, il n’est pas rare de croiser les membres de la section du Parti communiste sétois, le tract à la main et « la mobilisation » aux lèvres. « C’est pas pour les élections, c’est pour vos retraites ! » La rhétorique est bien rodée. Celle de militants rompus à l’exercice du tractage, qui souhaitent rassembler large en évitant les clivages partisans.