L'affaire est un accident industriel pour la droite

Par

François Fillon, qui avait construit sa campagne sur l’exemplarité, voit ses contradictions et ses prétendus alliés se retourner contre lui.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était déjà mal parti. Ça ne risque pas de s’arranger. En difficulté pour défendre un programme jugé trop « radical », y compris dans son propre camp, François Fillon doit aujourd’hui faire face à sa première affaire. Bien sûr, officiellement, ce n’est rien d’autre qu’une « boule puante », assure-t-il. Sa femme, Penelope Fillon, grassement rémunérée comme attachée parlementaire pendant huit ans, sans qu’aucune trace de son activité ait été trouvée ? « C’est moche », résume un proche de l’ancien premier ministre. Moche, mais « légalement prévu par la loi et encadré par l’Assemblée nationale », indique Thierry Solère, le porte-parole du candidat LR à la présidentielle. La preuve : « Beaucoup de parlementaires travaillent en famille. On ne découvre pas une réalité. »