Violences sexuelles: le groupe MediaSchool contraint de lancer une enquête interne

Par Julie Chansel, Sophie Grison, Élodie Hervé

Selon nos informations, le groupe GMS, qui dirige 38 écoles, a reçu de nombreuses alertes visant plusieurs de ses intervenants, accusés de violences sexuelles ou de sexisme. Une enquête interne est en cours et un des cadres aurait quitté l’entreprise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans l’entrée en marbre de la Paris School of Luxury, Gaëlle, Sofia et Lou* pèsent leurs mots. Ce 22 juin 2020, ces trois anciennes étudiantes sont venues dénoncer les agissements présumés d’un des cadres du groupe d’enseignement privé supérieur MediaSchool (GMS), proposant notamment des formations en communication, journalisme, production audiovisuelle et événementiel. Face à elles, Magali Bonavia, directrice de l’Institut européen de journalisme (IEJ) et directrice générale adjointe de MediaSchool, et Franck Papazian, président fondateur du groupe. Dans ce décor, Gaëlle, Sofia et Lou évoquent des comportements qu’elles qualifient de harcèlement, d’agressions sexuelles et de viol. Toutes désignent Stéphane F., qui parle d’« accusations calomnieuses ».