L'université de Versailles Saint-Quentin a sombré dans l'affairisme

Par

L'université de Versailles Saint-Quentin, aujourd'hui sous tutelle du rectorat et qui attend d'être fixée mardi 25 mars sur son budget, est en proie à une crise financière sans précédent. Les affaires personnelles de certains de ses dirigeants, dont la gestion a été sévèrement dénoncée par la Cour des comptes, ont, elles, prospéré.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’ancienne présidente de l’Université de Versailles Saint-Quentin est une femme dynamique. Tous les gens qui l’ont côtoyée – et même ceux qui ont eu à souffrir des méthodes autoritaires de celle qui dirigea l’établissement pendant dix ans –  s’accordent au moins sur ce point. Mais le rapport très sévère de la Cour des comptes sur la gestion de l’université aujourd’hui sous tutelle rectorale, et qui attend d'être fixée mardi 25 mars sur son budget, n’a sans doute pas suffisamment examiné l’esprit entrepreneurial de Sylvie Faucheux.