Avec le confinement, les drones s’immiscent dans l’espace public

Par Clément Le Foll et Clément Pouré

Sans que l’on sache s’ils filment, si les images sont conservées ou croisées avec d’autres fichiers, ces appareils survolent villes, littoraux et parcs depuis le début du confinement. La situation inquiète grandement les défenseurs des libertés publiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

D’abord le bourdonnement des hélices. Puis une voix préenregistrée : « Restez chez vous, vous ne pouvez pas circuler dans cette zone. » C’est bien un drone qui s’exprime. Longtemps cantonnés à des opérations de maintien de l’ordre spécifique, ces appareils sont, depuis le 17 mars, régulièrement déployés par les forces de l’ordre en appui de missions de contrôle du confinement. Une doctrine appliquée sur l’ensemble du territoire, dans les régions rurales comme dans les centres urbains, par la gendarmerie et la police nationale.