Dix ans de prison ferme et la ruine requis contre la mafia du CO2

Par

Le parquet national financier a réclamé les peines maximales contre les organisateurs présumés de la fraude à la TVA sur le carbone, dont Arnaud Mimran, ce 25 mai au tribunal correctionnel de Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Relativement peu médiatisé, le procès de l’arnaque du siècle, la fraude à la TVA sur le marché du carbone, a donné lieu à un réquisitoire d’une sévérité implacable, ce mercredi 25 mai, au tribunal correctionnel de Paris. Les deux représentants du parquet national financier (PNF) ont en effet demandé contre les principaux prévenus les peines les plus lourdes permises par le Code pénal. Des sanctions pénales et financières dignes d’une juridiction antimafia.