26 mai: la victoire paradoxale de Jean-Luc Mélenchon

Par

Plusieurs syndicats, dont la CGT, ont accepté de participer à la « marée populaire » initiée par la plupart des forces politiques de gauche et des associations. Une victoire pour Jean-Luc Mélenchon, partisan du « débordement », mais permise par une organisation collective, au-delà des rangs de La France insoumise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jean-Luc Mélenchon en rêvait ; il est aux anges. Samedi 26 mai, la CGT défilera contre la politique d’Emmanuel Macron à l’appel de forces politiques et associatives. Signataire de la charte d’Amiens consacrant l’indépendance syndicale, la confédération rechignait depuis de longues années à rejoindre des cortèges dont les syndicats n’étaient pas les maîtres d’œuvre. Depuis le 16 mai, et l’annonce officielle que la centrale rejoignait le mouvement, cette époque est révolue.