Le discret aller-retour de Sarkozy au Congo pour une conférence rémunérée

Par

Nicolas Sarkozy a fait un discret aller-retour au Congo pour se rendre au Forum Forbes, à Brazzaville, ce vendredi. Selon L’Express, l'ancien chef de l'État aurait touché 100 000 euros pour sa participation.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Nicolas Sarkozy a fait un discret aller-retour au Congo pour se rendre au Forum Forbes, à Brazzaville, ce vendredi. Ce forum économique, consacré cette année aux « défis de la bancarisation » en Afrique, est organisé en présence du très controversé président congolais Denis Sassou Nguesso, 70 ans dont 35 passés à la tête de ce pays pétrolier d’Afrique centrale.

D’après L’Express qui rapporte l’information, Nicolas Sarkozy toucherait, pour sa participation au Forum, 100 000 euros. Parmi les invités figurent l'ancien sherpa de François Mitterrand, Jacques Attali, aujourd'hui à la tête de l'ONG PlaNet Finance (lire l'enquête de Ludovic Lamant), Christine Ockrent, le journaliste d'i-Télé Olivier Galzi, ou encore l'ex-premier ministre belge et eurodéputé Guy Verhofstadt (lire la liste complète des intervenants). Stéphane Fouks, le vice-président d'Havas, qui organise l'événement, est également sur place. Ils sont partis jeudi de Paris dans un avion spécialement affrété. Plusieurs chefs d'État africains assistent à la troisième édition de cette réunion internationale.

Alain Marsaud, député UMP de la 10e circonscription des Français de l'étranger (Moyen-Orient, sud de l'Afrique), déjà dans la salle lors de l'édition 2013, était présent. Sur ses comptes Twitter et Facebook, il a posté des photos, notamment avec l'ancien président UMP :

En juillet 2013, Jean-François Copé s’était rendu à ce même forum pour une conférence, rémunérée autour de 30 000 euros, selon Le Journal du dimanche. Dans sa déclaration d’intérêts, le député de Meaux a déclaré, en 2013, 35 135 euros liés à une activité de « conférencier ». L’ex-président de l’UMP avait, en plein Sarkothon, suscité une polémique. D'autant que d'autres élus et responsables UMP, dont Rachida Dati, s'étaient rendus au Congo simultanément (lire notre article).

En 2012, ce sont les anciens premiers ministres chiraquiens Jean-Pierre Raffarin et Dominique de Villepin, qui étaient présents au lancement de Forbes Afrique, version africaine francophone de la revue Forbes. Comme eux, Copé avait fait le déplacement dans un avion de 50 places spécialement affrété depuis Paris. Le président de l'UMP avait été hébergé dans un hôtel cinq-étoiles de la capitale.

Sassou Nguesso est l'un des trois chefs d'État africains visés par l’enquête des « biens mal acquis », ouverte en 2010 pour détournement de fonds et blanchiment. Les juges Roger Le Loire et René Grouman s'intéressent aux villas, hôtels particuliers et appartements acquis en France dans des conditions douteuses par le président du Congo. En février 2013, des perquisitions ont été menées aux domiciles parisiens de membres de la famille de Sassou Nguesso. En avril 2013, lors de sa rencontre avec François Hollande, le président congolais avait dénié à la justice française « le droit » d’enquêter sur les « biens mal acquis », en invoquant le principe de « non-ingérence ».

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale