Jean-Jacques Urvoas en difficulté face à la CJR

Par

L’ex-ministre (PS) de la justice est le seul à soutenir qu’il avait le droit de transmettre au député (LR) Thierry Solère des informations confidentielles sur l’enquête qui le visait.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est beaucoup question du secret, à la Cour de justice de la République (CJR), où comparaît depuis mardi matin l’ancien ministre (PS) de la justice Jean-Jacques Urvoas. Celui-ci est jugé pour avoir, à trois jours du second tour de l’élection présidentielle de 2017, transmis au député (LR) Thierry Solère la « fiche d’action publique » dans laquelle la direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) résumait l’état d’avancement de l’enquête judiciaire qui le visait. Une fiche destinée au ministre de la justice et à ses proches collaborateurs.