Démocratie et tirage au sort: des affinités en trompe-l’œil

Par

Alors que la Convention citoyenne pour le climat se réunit à nouveau ce week-end, état des lieux du débat sur la pertinence de la sélection aléatoire pour conjurer l’essoufflement de nos régimes représentatifs. Inutile s’il est inoffensif, le tirage au sort ne saurait pour autant être un mode exclusif de gouvernement. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une procédure vantée par le sulfureux Étienne Chouard pour réécrire la Constitution, mais également voulue par Emmanuel Macron pour illustrer son engagement sur le front climatique. Une technique de sélection promue par les militants d’une démocratie radicale, soucieux de réduire le pouvoir des élus sur leurs concitoyens, mais volontiers instrumentalisée par des édiles en quête de légitimation. Même François Hollande veut lui faire une place dans sa « République nouvelle ».