Jean-Luc Mélenchon et les limites du populisme «gazeux»

Par

La grille de lecture « populiste » est souvent convoquée pour analyser l’action de cette force politique et de son leader Jean-Luc Mélenchon, qui a défini son mouvement comme « ni vertical ni horizontal [mais] gazeux ». État des lieux des apports et limites d’une telle approche.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que la France insoumise précise ce week-end ses principes d’organisation, le caractère « ni vertical, ni horizontal [mais] gazeux » du mouvement décrit par Jean-Luc Mélenchon a déjà suscité ironie et critiques. En s’affranchissant d’une structure partisane classique, ce dernier éviterait surtout que le pluralisme interne puisse s’organiser, s’institutionnaliser et le contraindre. Certains y voient la conséquence d’un populisme personnalisé, fondé sur un lien de nature plébiscitaire entre le leader et ses soutiens.