Cela ressemble étrangement à La Ronde, la pièce du dramaturge viennois Arthur Schnitzler au cours de laquelle, à chaque scène, un nouvel acteur ou une nouvelle actrice font leur entrée, tandis qu'un autre sort, donnant ainsi lieu à une succession de dix dialogues entre des couples sans cesse recomposés. Dix dialogues qui donnent à réfléchir sur la sexualité, mais aussi sur le mœurs et les codes de la société autrichienne du début du XXe siècle.