A Rouen, autopsie du crash électoral de la droite et des macronistes

Par Gilles Triolier (Le Poulpe)

Face à un PS fatigué, les formations de droite, du centre et les macronistes rouennais, pourtant pleins d’espoir à l’heure de se lancer ensemble à l’assaut de la mairie de Rouen, ont réussi le tour de force de ne même pas être présents au second tour dimanche. Ne manquerait plus qu’une victoire surprise du dissident Jean-François Bures pour boire le calice jusqu’à la lie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les surprises restent toujours possibles lors d’un scrutin. Et le Petit Poucet parvient parfois à déjouer tous les pronostics. Ce constat posé, il faut tout de même une bonne dose d’imagination pour parier sur la victoire, dimanche soir, du candidat dissident Les Républicains à la mairie de Rouen, Jean-François Bures, qui a terminé quatrième lors du premier tour avec 10,16 % des voix.