Mort de Zineb Redouane: les enquêteurs se sont montrés peu curieux

Par

Absence de saisie des cinq fusils lance-grenades utilisés par les CRS, ainsi que de leurs échanges radio ; défaut de fonctionnement de la seule caméra positionnée à proximité de la scène ; désignation d’experts indépendants qui sont en fait en contrat avec le ministère de l’intérieur… Plus de huit mois après la mort de Zineb Redouane, les investigations de l’IGPN se révèlent étonnamment peu poussées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En cours de dépaysement, l’information judiciaire sur la mort de Zineb Redouane soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Gravement blessée au visage par un tir de grenade lacrymogène MP7 alors qu’elle fermait la fenêtre de son appartement au 4e étage donnant sur la Canebière, cette femme algérienne de 80 ans est décédée le lendemain d’un arrêt cardiaque au bloc opératoire.