Rugby: les petits mensonges du grand stade

Par

Mis en cause pour le plan de financement hasardeux de son grand stade, le patron du rugby français Pierre Camou, en campagne pour sa réélection, a vigoureusement contesté les informations de Mediapart. Quitte à écrire l’exact inverse de ce qu’il a expliqué à la Cour des comptes il y a seulement quelques mois.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pierre Camou, président de la Fédération française de rugby (FFR), et Pierre Camou, candidat à sa réélection, sont-ils deux personnes différentes ? C’est la question que l’on peut se poser à la lecture des réactions suscitées par la révélation, par Mediapart, du rapport de la Cour des comptes sur le grand stade de rugby que rêve de construire la FFR dans l’Essonne (lire ici notre enquête « Un rapport confidentiel étrille le projet de grand stade de Manuel Valls »). Les magistrats de la rue Cambon y démolissent les principaux arguments des dirigeants du rugby pour justifier la construction d’un projet à quelque 600 millions d’euros, infrastructure la plus chère de l’histoire du sport français. Mais dans son argumentaire de campagne, Pierre Camou maintient que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ovales.