Opération diversion: Eric Besson agite le drapeau de l'identité nationale

Par et
En annonçant dimanche le lancement d'«un grand débat sur les valeurs de l'identité nationale», le secrétaire général adjoint de l'UMP tente de bousculer l'agenda public. Alors que le gouvernement s'empêtre dans la discussion du budget et que l'Elysée s'égare dans les scandales Sarkozy (Jean) et Mitterrand, il est temps de changer d'ordre du jour. Dès le début du mois, Mediapart avait raconté comment une partie de la droite préparait le lancement de cette grande opération: «Etre français».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le président Sarkozy disparu durant deux semaines en vacances (du jamais vu à cette période de l'année), Eric Besson, ministre de l'immigration et secrétaire général adjoint de l'UMP, a aussitôt occupé le terrain. Objectif: reprendre la main sur le débat public au moment où la majorité parlementaire proteste et où l'Elysée s'est égaré dans les scandales Sarkozy (Jean) et Mitterrand. Eric Besson a donc annoncé dès dimanche le lancement d'«un grand débat sur les valeurs de l'identité nationale, sur ce qu'est être français aujourd'hui». Pour cela, le ministre s'est même dit déterminé à mobiliser l'appareil d'Etat. Préfets et sous-préfets seront requis pour organiser «des réunions avec les forces vives de la nation». Dans un communiqué de presse publié lundi 26 octobre, il avance ses premières pistes: remettre au goût du jour les «symboles» et les «emblèmes nationaux», faire chanter la Marseillaise à «l'ensemble des jeunes français» et faire donner par les préfectures des cours d'instruction civique. Il déclare vouloir «valoriser l'apport de l'immigration», mais il se contente en réalité de proposer des mesures visant à «faire partager les valeurs de l'identité nationale» par les étrangers. Et pour cela, il en appelle au contrat (à sens unique). Après le contrat d'accueil et d'intégration, il imagine un «contrat d'intégration républicaine» pour les nouveaux venus et un «contrat avec la Nation» pour les candidats à la naturalisation.