EDF envoie à Flamanville les premiers combustibles de l’EPR

Par

Alors que le réacteur nucléaire en construction ne doit pas démarrer au plus tôt avant la fin 2023, les premiers assemblages d’uranium enrichi commencent à arriver sur le site de la future centrale d’électricité selon Greenpeace, qui dénonce une stratégie du « fait accompli ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un convoi historique qui a pris le départ lundi matin, selon les observations de Greenpeace, présent sur place depuis l’aube : le premier camion de combustibles d’uranium à destination de l’EPR de Flamanville (Manche), le réacteur nucléaire de troisième génération en construction en Normandie, près de La Hague.