Une plainte pour « faux » vise un juge d'instruction de Nanterre

Par

Le juge d’instruction Jacques Gazeaux, connu notamment pour avoir renvoyé Jacques Chirac en correctionnelle, est mis en cause par un avocat des Hauts-de-Seine qui l’accuse d’avoir commis un faux antidaté dans un autre dossier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Révélatrice de certains dysfonctionnements de la justice, l’affaire embarrasse au plus haut point les magistrats et la hiérarchie du tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine). Le 10 juillet dernier, un avocat de Meudon a déposé discrètement une plainte avec constitution de partie civile pour des faits de « faux en écritures publiques » contre le juge d’instruction Jacques Gazeaux, qu’il accuse d’avoir antidaté une ordonnance, selon des informations obtenues par Mediapart.