Choisir l’adversaire qui soit « le moins pire » possible. C'est le phénomène qui émerge des primaires à la française et c'est un nouvel usage de ce système de sélection des candidats. Jusque-là, ce phénomène était inexistant ou presque dans les deux pays qui ont inspiré la mise en place des primaires, les États-Unis et l’Italie. En particulier aux États-Unis, où les électeurs indiquent généralement à quel parti ils se rattachent lors de leur inscription sur la liste électorale. Ils ne peuvent alors participer qu’à la primaire du parti correspondant. De plus, les primaires des deux grands partis américains sont simultanées, empêchant ainsi l’effet de séquence médiatique et politique que nous connaissons actuellement autour de la primaire de droite et du centre.