Dans la Marne, la députée LREM rencontre la France qui n’y croit plus

Par

Durant une semaine, la députée Aina Kuric, de La République en marche, a multiplié les rendez-vous avec des élus locaux et des représentants associatifs dans sa circonscription, alors que débutait la fronde des « gilets jaunes ». Elle a éprouvé le fossé qui se creuse avec le pouvoir et la désespérance qui s’incruste au sein de la population.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Département de la Marne, envoyé spécial.- « Je suis comme tous les Français. Quand je rentre chez moi, je me dis que j’ai envie que ça change plus vite. » La nuit est tombée sur Reims (Marne) le jeudi 22 novembre, et la députée de La République en marche Aina Kuric se laisse aller à cette confidence, un peu désabusée. Sauf qu’elle n’est pas comme tous les Français, elle est membre du groupe majoritaire au Palais-Bourbon et, à ce titre, incarne le macronisme face aux citoyens.