Vincent Bolloré attaque des journalistes pour «harcèlement»

Par

Nicolas Vescovacci et Jean-Pierre Canet qui publient le 31 janvier Vincent tout-puissant chez Lattès sont attaqués par le groupe Vivendi qui leur réclame 700 000 euros de dommages et intérêts.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les auteurs racontent par le menu comment un huissier s'est rendu le 5 janvier dernier au domicile de l'un d'entre eux pour lui remettre une sommation de cinq pages accompagnée d'une lettre signée d'Arnaud de Puyfontaine, président du directoire de Vivendi, dont Vincent Bolloré est le principal actionnaire et président du conseil de surveillance.