Élysée

Le conseiller spécial de Macron tiraillé entre ses deux casquettes

Peut-on exercer d’importantes fonctions à l’Élysée tout en assurant la présidence d’une agence de Paris « en lien étroit » avec de grandes entreprises ? C’est la question à laquelle doit répondre la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) qui vérifie si la situation de Philippe Grangeon, conseiller spécial d’Emmanuel Macron, peut présenter un risque de conflit d’intérêts.

Ellen Salvi

27 février 2019 à 19h04

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

« Je me vois comme un militant ou comme un retraité qui donne de son temps pour essayer d’aider. » Ainsi aime à se présenter Philippe Grangeon, l’un des plus proches – si ce n’est le plus proche – conseillers d’Emmanuel Macron, qui a officiellement rejoint l’Élysée, le 4 février. Membre fondateur d’En Marche!, ce spécialiste en stratégie et communication traverse depuis trente ans la vie publique, tantôt employé par des ministres socialistes (Paul Quilès et Dominique Strauss-Kahn), tantôt par un syndicat (en l’occurrence la CFDT, où il a longtemps conseillé Nicole Notat), tantôt par de grandes entreprises (il était directeur de la communication du groupe de services informatiques Capgemini jusqu’à sa prise de retraite, fin novembre 2017).

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Extrême droite
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Médias — Parti pris
par Mathieu Magnaudeix
Social — Enquête
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Industrie
par Cécile Hautefeuille
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Migrations — Reportage
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. Des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Discriminations — Enquête
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
France — Enquête
Le « Monsieur sécurité » du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi
Dossier. L’affaire Tapie
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit